L’école à la maison,choix judicieux à long terme?

Coucou!

Aujourd’hui un sujet quelque peu délicat sur « L’instruction à la maison ».

En Suisse, les lois varient d’un canton à l’autre. Certains l’autorisent comme le Jura, Vaud, Neuchâtel ou une demande auprès du service de l’enseignement suffit (SEN). Un formulaire assez simple à remplir vous sera envoyé. Pour notre situation ça n’a posé aucun problème. Une petite case vous invite à donner vos raisons pourquoi vous souhaitez instruire à domicile mais c’est facultatif. Pour nous, ça coulait de source de nous expliquer sur ce choix, le but étant de rassurer les autorités dans notre démarche. Pour les autres cantons certains demandent à ce que au moins un parent ait un diplôme d’enseignant et certains comme Genève refuse l’instruction à domicile. 

Officiellement en août 2017 notre princesse devait intégrer l’école obligatoire, à ce jour 6 mois se sont écoulés avec des hauts et des bas dans ce choix d’instruire dans le milieu privé. C’était quelque chose qui nous tenait à coeur (surtout à moi, j’avoue)

Pour son épanouissement, beaucoup de choses, activités ont été mises en place (et ce n’est pas gratuit). Fréquentant déjà une structure d’accueil depuis 3 ans (payant), nous avons maintenu son inscription à raison de deux après-midi par semaine incluant 1 dîner avec ses petits camarades de longue date, le mercredi après-midi et le vendredi (demi jour avec le repas de midi) le mardi matin elle suit également une activité totalement en extérieure promenons dans les bois, (également payant mais ça en vaut la peine) un atelier en forêt qui a lieu par n’importe quel temps. C’est probablement la plus belle activité au monde qui puisse exister pour un enfant de cet âge d’apprendre et de pouvoir s’épanouir librement dehors. La petite anecdote, c’est qu’il ne faut pas être trop maniaque au moment de passer la porte… parfois crotté jusqu’aux cheveux (rire)!

Notre petite tête blonde suit également deux fois par semaine des cours de natation en groupe (payant). Autant vous dire qu’elle a un planning bien rempli.
Petit bilan semestriel, je suis relativement satisfaite d’avoir tenté cette expérience mais honnêtement elle va réintégrer le cursus scolaire à la rentrée 2018. Car: malgré tout ce qui a été mis en place, on constate (du moins chez nous) que c’est un lourd engagement pour les parents. Sans cesse se remettre en question, est-ce que j’ai fais le bon choix? Est-ce que je vais être la hauteur? Est-ce j’ai le bon support scolaire? Car là, c’est à vous de vous débrouiller et de trouver le matériel ou les frais financiers seront à votre charge.
Malgré tout le jugement des autres face à ça me pèse aujourd’hui. Le regard curieux des gens (pas tous) un peu étonnés. Vous me direz, peu importe ce que pense les autres, il faut faire ce qui nous semble le plus confortable pour nous.
On assume notre choix, mais il faut être réaliste, pour l’instant elle n’a que cinq ans et demi donc on a pas trop la pression mais le jour viendra ou à mon avis notre enfant aura besoin d’une instruction plus adaptée et j’avoue que je vais me sentir dépassé à l’avenir.
Pour information, à ce jour environ 1400 enfants Suisses sont scolarisés dans le milieu privé (au domicile).
Certains comme nous, vont tenter l’expérience un bout de temps une année ou deux tandis que d’autres vont continuer d’instruire à la maison. Libre à chacun de faire ses propres expériences. Pour ma part, je ne regrette rien, je le referais sans hésiter mais uniquement les deux premières années obligatoires.
Plusieurs questions sont à se poser avant de s’engager.

Jusqu’à quel âge vais je instruire mon enfant à la maison?
Est-ce bon pour lui? 
Est-ce bon pour nous PARENTS ?
Toutes ces questions on doit se les poser et bien d’autres encore.
Qu’en pensez-vous ? Ce choix vous a t’il déjà traversé l’esprit? Instruisez-vous à la maison?

Je serais heureuse de vous lire et d’échanger avec vous sur ce délicat sujet.

A bientôt

Lolotte

Laisser un commentaire